• youtube
  • facebook
  • instagram
  • Flux Rss

Expression politique

Retrouvez ci-dessous la tribune libre des différents groupes du conseil municipal.

Voir le texte d’expression politique du groupe de la majorité

Une bonne nouvelle pour notre ville !

L’annonce de la fin du « trou de l’Îlot Rex » est une bonne nouvelle pour notre ville et son attractivité. Voilà plus de dix ans que ce dossier était à l’abandon. Dix ans que les clusiennes et les clusiens, parmi eux les riverains mais aussi les visiteurs qui découvraient notre ville, avaient sous leurs yeux ce trou béant, contre-productif pour l’image de notre ville. On ne parlera pas des problèmes d’hygiène engendrés par cette mare aux canards….
Alors on pourra toujours considérer que ce ne fut pas rapide. On pourra toujours exprimer une opinion ou un avis alternatif concernant le projet présenté. On pourra toujours trouver toutes les excuses du monde pour justifier l’existence de ce terrain à l’abandon au cœur de notre ville. Le fait est là et bien là : nous devons être grés à notre maire d’avoir su mener ce dossier enfin à son terme et de proposer un nouveau projet dans des conditions financières on ne peut plus attrayantes pour notre ville. C’était un engagement de campagne. Il est tenu.

Musiques en stock : nous sommes dans l’après

Beaucoup de clusiennes et de clusiens ont été interpellés par les propos tenus dans le quotidien le Dauphiné Libéré par l’un des responsables de l’association Macadam au sujet du déplacement du festival de Cluses à Saint Gervais, propos qui laissaient entendre une meilleure qualité du paysage et d’accueil dans la ville thermale. Il est important de rappeler que la décision par la municipalité de ne plus porter financièrement et logistiquement le festival a été prise devant l’impossibilité de convaincre les programmateurs d’élargir la programmation afin de mobiliser des partenaires privés sur des têtes d’affiche et de rendre payant le festival. Dans le contexte financier qui pèse sur les collectivités locales, la ville de Cluses ne pouvait plus porter à elle seule Musiques en Stock (coût net pour la ville, à savoir recettes moins dépenses, 300 000 € en 2016). Nous avons fait le choix de ne pas répondre à ces propos, ni les insultes qui ont été exprimées sur Facebook il y a quelques semaines. Nous sommes désormais dans l’après …

Clinique de Cluses : l’activité a redémarré

On opère de nouveau à la clinique de Cluses boulevard du Chevran. Dans l’attente du nouveau projet prévu à proximité du Parvis des Esserts, le groupe Noalys, propriétaire de l’établissement, a décidé de rouvrir les blocs opératoires à la suite de l’arrivée de nouveaux médecins. Voilà bientôt deux ans que le groupe lyonnais maintient l’emploi donc les salaires sur le site, convaincu de l’opportunité d’un établissement de santé dans le bassin clusien. Le recours de l’hôpital de Sallanches sur la question de l’ouverture de lits de médecine n’a en rien freiné leur volonté, ceci d’autant plus que le permis déposé a été purgé de tout recours. Nous sommes à leurs côtés car nous croyons au projet de nouvelle clinique.

Nadine Salou.

Voir le texte d’expression politique du groupe "Cluses Bleu Marine"

Cluses, ville intoxiquée

Chers Clusiens, excusez-nous, aujourd’hui nous allons parler « gros sous ». En effet, la gestion municipale se traduit forcément un jour ou l’autre par des dépenses et impôts. Comme dit l’Évangile, on juge un arbre à ses fruits ; un mauvais arbre ne saurait produire de bons fruits. En 2007 et 2008, la ville a contracté deux emprunts à risque, de 2,5 M€ et 2,8 M€. Ils étaient liés par des calculs complexes au Franc suisse et au Dollar. Peu chers au départ, ils ont vite révélé leur toxicité. M. Mivel, qui était alors maire-adjoint, prétend ne rien avoir su de ces emprunts avant de s’asseoir dans le fauteuil de maire. Effrayé par les banquiers, il a voulu renégocier ces emprunts. Fort bien, mais quelle est la réalité ?

Chers Clusiens, vous avez déjà payé 1 M€ et 1,24 M€ pour rembourser ces emprunts. En 2015, vous avez versé 1,3 M€ pour bloquer les taux d’intérêt. M. Mivel a donc renégocié ces prêts. Pour que le premier emprunt, appelé « Helvetix », il a fait le choix de 4 nouveaux emprunts qui coûteront encore, avec les intérêts, 17,8 M€. Pour le second, « Libor USD », il a vidé une cagnotte de 180 000 €, et souscrit un emprunt qui nous coûtera au total 2,54 M€.

Si vous prenez votre calculatrice, vous verrez que ces 5,3 M€ empruntés en 2007 et 2008 coûteront au total plus 24 M€, à rembourser jusqu’en 2041 ! Mais bien entendu, il y a une entourloupe ! En effet, M. Mivel, sous couvert de renégocier ces 2 emprunts toxiques, nous a encore plus endettés. Il en a profité pour emprunter 5,8 M€ de trop, pour financer des travaux dont on ne sait rien.

Pour résumer, donc :
- La ville a souscrit 5,3 M€ de prêts toxiques.
- Les banques nous menaçaient d’un « scénario du pire » pouvant nous coûter, au maximum, dans le pire des cas, 14,9 M€.
- Nous aurions pu attaquer ces banksters en justice pour prêts usuraires, avec de bonnes chances de gagner.
- M. Mivel a préféré renégocier et s’engager à payer tout de suite.
- Nous avons maintenant la certitude que ces prêts nous coûteront 15,9 M€.
- M. Mivel a augmenté l’endettement de la ville de 5,8 M€, pour une nouvelle dette qui coûtera en tout plus de 24 M€.

Ré-emprunter à ceux qui nous ont déjà arnaqués, et négocier pour payer plus cher que le risque maximum, voilà la méthode Mivel ! Chers Clusiens, il reste encore 3 ans ½ de mandat, quelles surprises l’avenir nous réserve-t-il encore ?

Catherine Dardenne.

Voir le texte d’expression politique du groupe "le Réveil clusien"

L’allure clusienne

Le caractère et la vitesse d’évolution de Cluses prennent-ils une autre allure ? Le cœur de ville se réchauffe et la convivialité de la ville centre se ranime avec le retour du marché, les aménagements des squares St François et François Curt. L’attractivité du centre serait encore fortement améliorée par la présence d’un parking avec grenette à l’emplacement de l’Îlot Rex ! Ou tout simplement des halles municipales… Le projet en cours s’orienterait plutôt sur des magasins, un hôtel ou des logements. Pourquoi pas ?

Tout irait quand même mieux si la vitalité économique était générale. N’oublions pas que le parking, loin d’être une moins-value immobilière, est un atout pour les résidents et les clients du commerce indépendant, lequel doit faire face à des difficultés multiples et mérite d’être accompagné dans son effort d’animation de la ville.

D’une façon générale, le Plan Local d’Urbanisme devra , plutôt que trop densifier, éclaircir le paysage immobilier par des espaces verts, des parkings, garder le style architectural sarde, réhabiliter les friches industrielles, et éviter d’entasser des logements avec toutes les nuisances correspondantes pour les habitants. Le marché immobilier pourrait ainsi s’en trouver facilité. La surenchère entre différents emplacements du territoire intercommunal risque de déstructurer les quartiers et de déstabiliser le tissu commercial communal.

Une harmonie de territoire s’impose, et il importe par conséquent de protéger certaines zones stratégiques et de restructurer certains quartiers. La valorisation et l’incitation à fréquenter notre patrimoine naturel et culturel ne peut par ailleurs que renforcer l’attractivité clusienne. Le réseau de transport clusien par bus va s’étendre sur 6 lignes, à partir du pôle multimodal, à l’ensemble du territoire intercommunal. Cela devrait permettre une meilleure mobilité des habitants de Cluses et des communes voisines.

Dans le cadre de Mobil Arve, les entreprises de la vallée d’Arve ne restent pas à l’écart de cette démarche de mobilité qui envisage d’autres modes de déplacement sur les différents sites industriels de l’agglomération.
Une refonte du réseau de transport en commun, en lien très étroit avec le réseau ferré national, permettra, sans recourir à une nouvelle taxe, de satisfaire l’économie productive, touristique, mais aussi l’économie résidentielle, facilitée par la future liaison ferroviaire Cluses-Genève.

Par ailleurs, le lancement du Technocentre à l’emplacement du Ctdec offrira une vitrine du savoir-faire industriel local. Malgré sa situation en fond de vallée et une réserve foncière limitée, Cluses reste la ville centre de la moyenne vallée de l’Arve et un tremplin vers l’évasion. Elle a su évoluer au cours de son histoire et continue à disposer d’atouts importants. Nul doute que par une meilleure gestion de son espace, par la recherche d’activités nouvelles, l’amélioration de son cadre de vie, sa convivialité, la facilité de se déplacer dans son agglomération, Cluses bénéficiera pleinement de sa position géographique, et aura fière allure.

Pierre Gallay.

Voir le texte d’expression du groupe "Cluses citoyenne, Progressistes et divers gauche"

Plan Local d’Urbanisme (PLU)

Nous serons évidemment très attentifs à cette construction du PLU. Nous participons aux réunions du comité de pilotage qui écrit et réalise les grandes lignes et décisions qui seront imposées dans le PLU. Nous serons en désaccord avec des choix qui ne seront pas ceux de la modération et du contrôle très strict de l’étalement des zones constructibles sur notre commune. Nous serons très vigilants sur la préservation de ces zones vertes qui font partie du patrimoine local, la préservation des espaces publics et privés, qui ne doivent pas être totalement urbanisés. Telle sera notre préoccupation afin de conforter et réaliser l’attractivité environnementale nécessaire pour CLUSES, et dynamiser notre commune.

Prairie Fleurie. Les surfaces engazonnées sur notre commune sont considérables. Les frais engendrés par leur entretien sont exorbitants. De nombreuses communes et agglomérations ont adopté un mode d’entretien beaucoup moins coûteux : certaines parties de ces surfaces sont entretenues comme PRAIRIES URBAINES. Avantage. Pas de coupes, et les fleurs y foisonnent. Par cette action nous réintroduisons la biodiversité dans notre ville. Cluses doit s’engager sur ce chemin. Alors, essayons !

Partageons et redistribuons les budgets municipaux plus équitablement. Lors du conseil municipal du 22 juin 2016 une délibération a été adoptée à l’unanimité. Elle consistait à valider différentes augmentations des tarifs des médiathèques des Allobroges et de l’Atelier, et espaces multimédias. Cluses Citoyenne a fait une erreur lors de ce vote, en n’ayant pas appréhendé les causes et les analyses de ces augmentations. Comme nous l’avions proposé lors d’un conseil municipal en avril 2014, une diminution de 48 % des indemnités des adjoints et du Maire permettrait une économie de 100.000 € par an, donc suffisamment pour redistribuer et rééquilibrer, sans augmentation de ces tarifs qui permettent à tous d’accéder à la culture, aux services des médiathèques et formations informatiques qui y sont délivrées. Cela s’appelle le partage.

Les jardins partagés (l’Arlésienne Clusienne). En février 2016 nous nous sommes déplacés avec les services clusiens concernés à Thonon. Cette ville, avancée en ce domaine, a finalisé 4 sites de jardins potagers partagés. Plusieurs relances de notre part auprès de nos décideurs locaux sont restées sans succès. Cela malgré une très forte attente et des demandes quotidiennes des Clusiens. Il serait fort regrettable que ce projet de jardins partagés ne soit engagé qu’en 2019, à la veille des élections municipales de 2020. Nous sommes aujourd’hui dans la réflexion en tant que citoyens, pour élaborer un projet alternatif et associatif. Des contacts sont enclenchés afin de trouver des terrains privés ou industriels actuellement engazonnés, qui pourraient se transformer en jardins potagers. Nous sommes l’une des dernières communes de la vallée à ne s’être encore pas engagée dans cette démarche.

Gilles Fongeallaz
06 79 16 83 93 - cluses.citoyenne.2020@gmail.com
Permanence de l’élu Cluses Citoyenne le 3e mardi de chaque mois 17 h à 19 h .salle Alice Leroulley - Place Albert Schweitzer Ewues 1 -